Nous travaillons avec une philosophie zéro déchet, c’est à dire que nous tendons à réduire au maximum les déchets non recyclables et privilégions toujours des objets (contenant, emballage) réutilisable ou des matières premières que nous pouvons utiliser à 100%.
Cela nous influence à plusieurs niveaux :


_ Dans le choix de nos fournisseurs puisque nous avons choisis des producteurs qui acceptent de nous livrer avec un système de consigne : bouteilles de lait en verre, seaux pour la crème, caisse pour les légumes, pas d’emballage superflus, ce qui réduit drastiquement la taille de nos poubelles. Ces producteurs sont basés dans les mêmes régions, ainsi ils se regroupent pour les livraisons permettant de réduire l’impact environnemental. Enfin, nous privilégions le circuit-court en travaillant en direct avec ces producteurs pour éviter le sur-emballage/étiquetage des produits qui passent par des grossistes. C’est aussi la garantie pour nos producteurs d’un revenu plus juste.

_ En cuisine, nous tentons d’utiliser 100% des aliments que nous recevons, pas de déchets, tout se mange avec un peu de créativité ! Par exemple, si nous décidons de travailler un dessert avec des pommes alors nous réfléchissons aussi à une manière de valoriser le trognon en l’intégrant par exemple dans une crème infusée ou une gelée. Nous nous efforçons de revaloriser ce que d’autres jetteraient trop rapidement.
_ En salle, là aussi rien ne se perd, tout se transforme. Tout le mobilier de la salle est issu de matériaux de déconstruction, à savoir récupérés sur des chantiers et revalorisés par des artisans et designers : table de la Commission Européenne devenues tables de restaurant, panneaux acoustiques en bois recyclés, éclairages secondes mains ou chaises en plastique recyclé. Demandez-nous, on connait l’astuce 0 déchet de chacun de nos meubles, même nos assiettes !
_Enfin, nous produisons au maximum nos propres boissons non alcoolisés (oui on doit avouer que la maitrise de la vinification nous échappe encore !) afin de vous proposer des boissons saines et naturelles sans ajout de stabilisateurs ou de sucres raffinés. Cette démarche a aussi pour but de réduire les emballages en travaillant avec nos propres contenants réutilisables et également réduire les émissions de CO2 en économisant une livraison/transport. Enfin, accessoires en plastiques inutiles sont bannis : pas de pailles en plastique chez nous que des pailles en inox (et parce que la question nous est souvent posée, nous lavons nos pailles avec un goupillon à pour bien les laver à l’intérieur comme à l’extérieur avant de les passer dans notre plonge professionnelle, il n’y a donc rien de sale à utiliser une paille réutilisable !)

Quand  Aubane et Laura ont imaginé Le Local, elles sont parties des constats suivant : premièrement, la restauration est une industrie très polluante encore peu reconnue comme telle dans l’imaginaire collectif. Deuxièmement, il existe une dichotomie entre les gens qui veulent manger bio chez eux mais ne se posent pas la question de ce qu’ils mangent au restaurant, qui peut être bien pire que ce qu’on mange en faisant ses courses dans les rayons non bio d’un hypermarché.
A partir de là, elles ont réfléchi à comment créer un modèle de restaurant durable qui arrive à limiter son empreinte écologique dans sa globalité et de fil en aiguilles, on en arrive au Local. une pépinière culinaire, exemplaire en termes d’économie circulaire qui allie gastronomie et développement durable.


Aujourd’hui nous vivons dans une économie linéaire. On produit, on consomme et on jette. L’économie circulaire, c’est ne plus jeter  mais reproduire, reconsommer et revaloriser. Un cercle vertueux qui fait sens dans un contexte écologique de plus en plus inquiètant.

Que neni ! Les restes d’assiettes sont proposé aux clients dans des doggy-bag (Rest-O-Pack) pour vous permettre de savourer vos assiettes jusqu’à la dernière miette tout en luttant contre le gaspillage alimentaire. Il faut savoir que la France vient de rendre obligatoire le doggy bag pour 2020 et limiter le gaspillage. Nous on croit que les Belges peuvent aussi y arriver ! Si vous ne le saviez pas,  notre pays est le deuxième de l’Union européenne à gaspiller le plus. Le Belge jette en moyenne 347 kilos de denrées alimentaires chaque année, ce qui représente deux fois plus que les Allemands, les Luxembourgeois ou les Français.
Alors le doggy-bag ça fait pas cheap, ça fait engagé.

Après tout, vous avez payé pour ce qu’il y a dans votre assiette donc repartez avec !
Si après ça, vous n’êtes toujours pas convaincu, ne vous inquiétez pas vos restes d’assiettes iront au compost soit pour fertiliser les sols de nos producteurs soit pour aider à la fabrication d’énergie verte.

Cela demande beaucoup de travail et surtout de l’organisation mais oui, ça fonctionne. Nous sortons actuellement un sac poubelle par semaine alors que nous nourrissons plus de 200 personnes par semaine en moyenne. Et ce n’est que le début, nous ne sommes pas parfaites et sommes constamment à la recherche de façon de s’améliorer.

On est d’accord, le paradoxe ! Figurez-vous qu’on a longuement creusé ce point débattant sans fin sur l’usage des serviettes en tissus et nous avons tranché après le stage de Laura chez Silo, le premier restaurant 0 déchet, hyper à la pointe sur toutes ces questions. Ils utilisent des serviettes en papier car l’impact est moindre que de laver avec des détergents des serviettes en tissus et les serviettes que nous utilisons sont en fécule de pomme de terre (0 déchet) et compostables. Pour trancher une dernière fois sur cette question, nous sommes en pleine certification Co2logical pour calculer notre vrai impact Co2 et y remédier, on vous tiendra au courant !

Les chefs invités sont des cuisiniers qui n’ont soit pas encore de restaurant, ou ont envie d’expérimenter une cuisine nouvelle hors de leur établissement habituel. Ce sont souvent les petites mains de la restauration qui œuvrent sur vos assiettes mais donc vous ne connaissez pas le nom. Nous on les mets en haut de l’affiche !
Nous les invitons deux soirs par semaine, le mercredi pour des apéros (Marrecredi) et les jeudis soir à proposer un menu éponyme. Le but est de mettre à disposition une cuisine professionnelle et un espace de restauration pour permettre à de jeunes pousses de se lancer, le tout en les formant aux principes de l’économie circulaire et au zéro déchet. Nous souhaitons également montrer l’envers du tablier en étant capable de mettre un nom et une histoire derrière une assiette et récréer un lien humain.
Envie de rejoindre l’aventure? Il suffit de nous écrire un mail à lelocalbxl@gmail.com

Le Marrecredi c’est une soirée hebdomadaire (tous les mercredi) où nous proposons de casser la morosité du milieu de semaine par un apéro convivial, local et toujours de saison autour de petits plats à partager élaborés par un chef invité et de planches de fromages et charcuterie sélectionnés avec soin par les artisans avec lesquels nous travaillons.
Le nom vient du milieu de la semaine quand on en a déjà marre de la semaine, que dimanche dernier est trop prêt et vendredi soir trop loin. C’est le moment idéal pour se détendre autour d’un verre et de plats à petits prix au Local !

Les végétariens ne sont pas mis de coté au Local, c’est même plutôt l’inverse car ça nous tiens vraiment à coeur (plusieurs végétariens se sons même glissés dans l’équipe!). Nous avons plusieurs propositions pour vous chaque jour :
Le midi, nous proposons tous les jours une roskas veggie (sans viande ni poissons) et nous pouvons adapter le plat du jour en version végétarienne sur demande.
Le jeudi midi, le plat du jour est toujours végétarien puisque que nous participons aux “Jeudi Veggie” de la ville de Bruxelles pour sensibiliser à une consommation plus raisonnée de la viande.
Les soirs, il y a toujours une option végétarienne qui est tout aussi travaillée que les autres options et représente parfois le menu sur lequel la mise en place est la plus créative. De quoi séduire, même les non végétariens!
NB : Si vous êtes végétalien/vegan, cela demande un peu plus d’anticipation de notre part donc merci de vous prévenir à l’avance pour que nous puissions vous proposer un menu adapté.

Les Roskas sont des petits pains briochés salés d’origine séfarades dont il existe plusieurs recettes en fonction du pays. Notre recette vient de la Nona, la grand mère de notre cheffe. Nous, nous les servons comme des petits sandwichs garnis d’une option carnivore ou végétarienne, accompagnés d’une salade croquante mais traditionnellement ils accompagnes les plats en sauce ou ragoût comme l’incontournable chakchouka.

Nos tarifs sont les suivant :

LE MIDI
Roskas 11€
Entrée + Roskas / Roskas + Dessert 14€ 
Entrée + Roskas + Dessert 16€
Plat du jour 15€
Entrée + Plat du Jour / Plat du Jour + Dessert 18€
Entrée + Plat du Jour + Dessert 20€

LE SOIR
Entrée + Plat + dessert 33€
Entrée + Plat + dessert + Fromage 38€
Accords mets et vins 3 plats 17€


BRUNCH
Formule à 19€ ou 23€, boisson comprise

MARRECREDI
A la carte : Tapas entre 7 et 9€, Planche entre 10 et 14€

JEUDI DES CHEFS
Entrée + Plat + Dessert : 30€


Vous avez encore des interrogations ?

Écrivez-nous, vous rajouterons votre question à la liste !

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.



51 RUE DE LA LONGUE HAIE, 1000 BRUXELLES - 02 647 68 03

Lunch du mardi au vendredi de 12h à 14h / Dîner du mercredi au samedi de 19h à 22h / Brunch les samedis de 11h à 15h